Khadra nuid xxx photo

5^^ REVUE des ÉTUDES JUIVES PUBLICATION TRIMESTRIELLE DE LA SOCIÉTÉ DES ÉTUDES JUIVES TOME DIX-HUITIÈME PARIS A LA LIBRAIRIE A.

DURLACHER 83 bis , RUE LAFAYETTE /V^ 7 ^^ 1889 t Tk' A Digitized by the Internet Archive in 2012 with funding from Algoma University, Trent University, Lakehead University, Laurentian University, Nipissing University, Ryerson University and University of Toronto Libraries toi t.l8 TEXTES PEHLVIS RELATIFS AU JUDAÏSME PREMIÈRE PARTIE.

On n'a qu'à voir, pour s'en convaincre, 1 Sur Isaac Albalag voir le Ealvç, 4° année, p. L'ouvrage de lui qui est mentionné ici est évidemment sa traduction, avec commentaire, des Tendances des Philosophes d'Al-Gazali. KËSri v\n arfa S it ko f Kft *S8îtori ■ES^d ^d ' p*6« kot™ i W étf T# . — Il s'agit du pays de Juda où les montagnes sont en grand nombre. De même lorsque je dis que Uba^l, i NTn, 'Ï53*n, dont les vav portent un patah, sont des futurs, c'est d'après la même méthode, parce que les vav pourvus de patah, qui ont donné à ces verbes le sens du parfait, sont des éléments étrangers, tandis que la forme primitive est un futur. La traduction est : t Qui doit vous inspirer de la terreur », c'est-à-dire l'objet de votre terreur, qui mérite de l'inspirer. Cette croyance de Sennachérib se montre dans ces mots : a Car il dit. 3 Aucun autre commentateur ne reproduit cette interprétation. C'est du moins ce qui est donné dans le Kitab Eldin\ peut-être le sens d' « obscurité » est-il un provincialisme dont les Arabes ne se servaient pas. Il alla consulter son premier ami et lui conta son cas : le roi m'a fait appeler, et j'ai grand peur; je te demande aide et conseil; viens avec moi devant le roi. Il se rendit alors auprès du second: celui-ci lui dit qu'il s'associait à sa peine, qu'il l'accompagnerait volontiers jusqu'à la porte du palais, mais qu'il ne pourrait entrer avec lui. Il s'adresse ensuite à ses biens, qui lui font une réponse analogue. caccia, se trouve transcrit a^p et fc O"p Np, et, par contre, deux mots italiens, p. facie et pace, seront transcrits par la même forme hé- braïque, ijtaw, comme noce et nozze font isia. Tout ceci est également applicable aux mots français dissé- minés dans le Dictionnaire qui précède, au nombre d'une cin- quantaine 3 ; ils offrent la particularité d'être corroborés et sou- vent corrigés par les textes mss.; pour certains d'entre eux, la lecture n'est pas douteuse, grâce au ms.

Ibn Roschd a écrit, sous le titre de Renversement du Renversement, une réfutation d'Al-Gazali. Cela est naturel, la cabbale est de la fin du Xni siècle, les gens sensés, qui connaissaient son origine récente, refusèrent d'y croire et se moquèrent de cette nouveauté. S 66 REVUE DES ÉTUDES JUIVES le min- nsa connu chez nous et qui est écrit par Ezra le Cohen 1 , on y trouvera des leçons dilïerentes de celles de nos meilleurs manuscrits. 5 Cette interprétation est emprunte'e à Ibn Dj., col. flnt^l Tûtt^ *pa P^Ka JEb P|^« DÎT ,t.t n^« 23 ♦ artrèj) itra cnrrn 8S & : ■ji Bfot f]K^î6 aorao pa*D rtfiëaa pa hj« »« 5k-# •ptp rre ma* *6i j»ti àifrî aia* TpaîW mnao^K j«3îd^k ♦ptrjr myoa ^jîo jtfia .w rfapb S rrm t Wih$K r*îfca&6 n^r D**if&« jo natà îttii T *fe »£« TBh . Il désigne les villes d'Israël ; c'est-à-dire: malgré sa fertilité, le pays sera abandonné à toutes sortes d'épines. L'époque qu'on a en vue est le temps où restèrent encore les tribus de Juda et de Benjamin jusqu'au petit nombre d'années qui précé- dèrent la destruction du premier temple,, c'est-à-dire depuis les six années écoulées depuis le règne d'Ezéchias jusqu'à la fin de la vie de Josias, lorsque les dix tribus étaient dans le Khorasan, à « nbn, mari et \Tft nr;3 » (II Rois, xvn, 6). 76 REVUE DES ETUDES JUIVES sh nawa uhi i«in vb ima nm ' 2 : totapmtht Kim Damna mm ''3 t^p/i bapfioa ^d ira Kciâa «ara pmpnyn titra p'pn^K oara*n j? Toutefois j'ai trouvé dans le Kitab ez- zâhir d'Ibn Anbari ûn^N avec le sens de « s'obscurcir » ; il ajoute : a c'est de là qu'on nomme la dernière partie de la nuit rtfôns* ». Le troisième ami, qu'il alla voir, en désespoir de cause, lui répondit: Je prends part à ton chagrin; aussi, pour alléger tes an- goisses, je t'accompagnerai près du- roi et plaiderai ta cause. ; le second, ce sont femme et enfants, qui nous suivent jus- qu'au tombeau et après s'en retournent; le troisième, ce sont les vertus et les bonnes actions, qui vont avec nous jusqu'au palais du roi et y plaident notre cause. Enfin il fait venir ses bonnes actions, qui lui promettent de le précéder devant Dieu et de le sauver. Tantôt les contractions de lettres semblables ont déjà lieu, comme dans lanaoso, spasatedio (= spasadacciata) ; tantôt, et c'est le plus souvent, elles n'ont pas encore lieu ; p. ifi OTD, sereo = saro ; i-nabii, vulture (= voltoio) ; wbfc, maglio = ma- LE MAQRÉ DARDEQÉ 117 go ; ■nènp T, dicvare = dichiare, ■ni BKn Kb, lavatore = lavato- rio ; ^bp^orb, lenticole = lenticchia. de Turin précité, où chaque mot français est vocalisé 4 .

Les Juifs, aussitôt qu'il fut reconnu que leurs regrets ne portaient que sur le passé et ne regardaient pas au-delà de la frontière, retrouvèrent sous les Sassanides la liberté dont ils avaient joui sous les Arsacides.a» ■»a%nt DNîi Tibab DDn NM 3 ndni viétp "o vnba fc*b -ii Btf Eïi p "ira? Le dialogue du chapitre III se passe encore à Jérusalem. Le sens propre de ms Nii se rapporte à l'art de la pres- tidigitation. — Par cette interprétation, la parole de Salomon apprend quelque chose; car s'il ne voulait décrire que l'état du corps, comme l'a prétendu quelqu'un qui n'a pas d'intelligence, l'expression serait défectueuse et n'aurait aucune portée, parce que, sous ce rapport, la science de Salomon était égale à celle de tout le monde, et un homme qui se distinguait dans la science des choses divines comme lui ne devait pas dire une parole inutile. On a expliqué ces mots comme exprimant un ser- ment, savoir : a Par la vérité de la loi et du témoignage, ils diront 1 Ms. Mais je ne connais guère ce sens du mot; c'est un mot obscur, pour lequel il est impossible d.'apporter une analogie, comme je l'ai dit. rrp3 "pria «nsin» a^ ;k n*6*6K rrtn ;k kbsb [a irtn p h^i *pp3 *6 -p^ 'IP ^ D/1 ^ ÛJ ^ ™k T^ 3 185,000 hommes mourussent dans une même nuit, par une circons- tance secrète, dont on ne connaissait pas la cause.» ■»"■« fin i-i N-nb ï^ï-i ï-rma ^ ïrnb mnt b^ toib TOtfi ^rbabi . Les deux interlocuteurs sont un astrologue nmrs et un rabbin nnn. Impératif (de lits) « garder », et lanri a le même sens : « Garde-moi le témoignage et la loi que je t'ai donnés et fais-les garder par les disciples ». Le singulier de ce qualificatif est *rittb, comme -naa et *n5U3 f bien que Titob ait un schourek. Il y a des gens spéciaux pour cet art, qui font accroire à ceux qui les interrogent, qu'ils leur adressent la parole au moyen d'un membre quelconque, et ils emploient une voix basse qu'on comprend à peine. }K7 finn/l ^Ktû &6 *ttp K3 «^ kb*6b ^p^ na pï5B^« vu6*à« nbybit s? Il n'a donc voulu dire que ce que j'ai mentionné, sa- voir que l'âme, aussi longtemps qu'elle est liée à ce corps, connaît ce qu'elle connaît de ce monde par la voie des sens ; une fois qu'elle en est séparée, disparait l'intermédiaire par lequel elle possédait cette connaissance; cela est clair. fhntttt * Jbn Ezra réfute absolument cette explication. Bilam s'oppose, par ces mots, à l'opinion de S., qui traduit ^Hï) « recher- cher ». d*6ê^k in »*îV« ntj'p nnr nw }a pntra cck ppna *n9 pana "nw^ *p? T\y V2 a le même sens que tp^E du verset précé- dent. Il est appelé yj"p, pour indiquer la direction qu'il donnait à son gouvernement. io^n, arf tfsso ; rûstik, tfd onta, io^tn, « diritto ou a dretto = dte- tfro; wna Rb K, a#a banda.Au con- traire de ces philosophâtres ùi Dbsntt, le vrai philosophe devient, de jour en jour, meilleur, plus croyant et plus vertueux. £ nmn Da^ w6k plus loin : « Je pris des témoins véridiques, etc. » Mais la traduc- tion du verset dans son sens propre est : « Prends une grande feuille et écris dessus en écriture vulgaire. r'à'ifâ fftbtti Le développement de ses armées, qui sont com- parées à des ailes. — niji2 rsb DNi : « Des ténèbres répandues » ; dans ma» le hé du fémi- nin est tombé. »— Il porte encore le nom de lias, parce qu'il était distingué par cette qualité, à l'opposé de ce que prétendait Sennachérib que sa bravoure venait de lui-même, par suite du grand nombre de ceux qui lui étaient soumis, en di- sant : « Je tarissais avec la plante de mes pieds tous les canaux de la forteresse b. C'est le contraire du vrai sens du verset, puisque la condition inférieure y est comparée à "ptt^N, qui est une plante vile, par rapport au palmier qui est le chef, comme l'in- diquent les mots 3.j T1 ffi Nl; il veut dire : le maître et le sujet seront exterminés. 3 Abou Bekr Elkâsim Elanbarî, connu [sous le nom de Ibn Elanbari, parce que grammairien lui-même, il était le fils d'un célèbre grammairien. 75.) ELEMENTS CHRETIENS DANS LE PIRKE RABBI ELIEZER LA PARABOLE DES TROIS AMIS. lûttl N^p^, dichiarameto — dichiaramento', de IV, ex. Mais déjà bien des mots sont incomplets : Mlûia, tenza = tenzione ; nut\ giotta = goccia ; p N5N?Il est bien supérieur aux ignorants qui croient à la cabbale 2 et aux sorciers. Ils prétendent qu'il est superflu de se creuser la tête sur les problèmes métaphysi- ques, on ne peut rien savoir, sauf par la tradition nbnp prise d'un prophète, et ils croient ferme que leur cabbale vient des pro- phètes. Le nun de ïi^D est remplacé par un daguesch dans le têt. Ces mots ne sont pas des impératifs purs ; le sens est le récit de ce qui va se passer, comme dans ~im nwi (Deutér., xxxn, 50). TÎ"n, doivent être joints à la fin du verset, à dbiûTV d OTb; les autres qualifications se rap- portent particulièrement aux deux maisons d'Israël, qui sont les dix tribus. Par le nom de 12 '3», il désigne la durée et l'éter- nité, afin de faire par là une distiuction entre lui et les idoles, qui ne subsistent pas, tandis que Sennachérib avait prétendu établir l'égalité entre Dieu et ces idoles, comme il disait (chap. On a traduit ce mot par U51U5 : « mettre en désordre ». Le verset' signifie donc que Dieu excitera contre Reçin ses ennemis, cf. C'est une racine pri- mitivement quadrilitère, ou formée d'un trilittère. *J"I73^N est le roseau, comme on le définit : « Une plante qui croît au bord de l'eau ». * Littéralement : « ou bien un verbe auquel il a été ajouté une lettre pour le faire arriver à l'état de quadrilittère ». On trouve également "]3p (Gen., xxn, 13), sur la forme de T3p et de ms. Le mot y-)N est employé ici au masculin, contre l'habitude. Il mourut en 328 de l'hégire 940 de l'ère vulgaire. Behaï, auteur du xm e siècle, écrit les lignes suivantes, qui ne manquent pas d'intérêt ! — Ce soutces pseudo- philosophes qui prêchent la vanité du monde. 3, manac = monaccia\ tttaïao, sgotta = sgoc- ciolo.

Search for Khadra nuid xxx photo:

Khadra nuid xxx photo-63Khadra nuid xxx photo-85

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

One thought on “Khadra nuid xxx photo”

  1. Even the idea create a temporary table holding only primary key and Column b, and then apply cursor to it is slow. Would u please help me how can i faster my procedure.u have given information 9i it same for oracle8i & dev6i.please help me Thank u very much for ur kind update information is really nice and working very insert----same prolem. That means -- just using math here -- that we have 600 seconds, 12,000 queries to run, 12000/60 = 20, so we are doing 20 per second -- or each query is taking 0.05 cpu seconds to run. do anything 12,000 times and you might have a problem tho! this might be one of the rare times that a temp table can be useful.

  2. Why just sit back and watch porn videos when you can be a part of it with this 3D sex game? Just try yourself with a hot cyber babe, babes or a whole group of hot girls wherever you want.